Sonner la cloche ! - AlpsMan

Sonner la cloche !

Lilian Keller est le dernier a avoir eu le droit de sonner la cloche lors de l’édition 2019. Mais sonner la cloche n’assure pas d’arriver au Semnoz…

Tu es arrivé à 1min 49 sec de la fermeture du tournant, peux-tu nous parler des sensations que tu as ressenties lorsque tu as sonné la cloche ?
Passé la cloche la pression redescend, je retrouve ma femme qui va pouvoir continuer la course avec moi. J’étais tellement heureux de pouvoir partager cette fin de course avec elle. Un peu de repos, je met mon CamelBack, je discute un peu avec les mecs qui ont passé la cloche juste avant moi et nous commençons à marcher.

Et ensuite, que se passe-t-il après le Tournant ?
300m plus loin je refais une pause, après tout on a le temps. Je fais un premier malaise, un premier vomi mais j’ai l’impression que ça va mieux. Nous repartons, 1Km plus loin rebelote. Les encouragements de ma femme et des bénévoles ne changent pas grand chose. Je repars une nouvelle fois. Nous passons le 1er ravitaillement et nous nous engageons un peu plus dans la forêt. Mais je n’arrive plus à manger, un troisième malaise et nous décidons d’arrêter. S’en suit une longue soirée.

Les émotions sont fortes sur l’AlpsMan, est-ce que c’était le moment le plus fort de ta journée ?
Outre la cloche, c’est vraiment le fait de partager l’ascension avec un accompagnateur qui est formidable. Sophie avait les mots pour que l’on monte jusqu’en haut, peu importe l’heure ou la vitesse. Mais cette fois, c’est mon physique qui n’a pas suivi…

Un conseil à nos participants 2020 pour arriver à sonner à la cloche à temps ?
Le conseil pour les participants en 2020 ou si je reviens un jour c’est vélo, vélo, vélo …