Interview : Jarmo Rissanen, vainqueur de l’AlpsMan 2018

Jarmo Rissanen a accepté de répondre à nos questions, voici les secrets du vainqueur de l’AlpsMan 2018 !

 

– Comment as-tu entendu parler de l’AlpsMan ?

J’ai entendu parler de l’AlpsMan sur la chaine Youtube d’Andreas Linden. Je l’ai rencontré au Triathlon de Portocolom.

 

– Qu’est-ce qui t’a motivé à venir sur l’AlpsMan ?

Le parcours montagneux m’a attiré. J’aime bien le fait de ne pas nager en pleine mer et du coup qu’il n’y ait pas de vagues. Le parcours de la course à pied n’a pas de descente et c’est donc plus agréable pour les jambes.  =)

 

– Comment te sentais-tu sur le bateau ? Comment as-tu vécu la mise à l’eau au milieu du lac d’Annecy ?

C’était super original de partir du bateau, c’est différent de d’habitude où l’on court pour se rendre dans l’eau. L’atmosphère était vraiment géniale, c’est une expérience totalement nouvelle.

 

– Jarmo tu es le gagnant de l’édition 2018. Comment est-ce que tu t’es préparé pour l’AlpsMan ?

Je me suis préparé normalement comme pour les autres compétitions. Je ne savais pas quel type de vélo utiliser. Vélo de triathlon ou un vélo de route plus adapté à la montagne. J’ai testé les vélos sur des routes montagneuses pour décider lequel conviendrait le mieux pour l’Alpsman. Cette année j’avais un vélo de route, peut-être que l’année prochaine, j’aurai vélo de triathlon =). J’essaierai également d’anticiper la partie vélo avec une gestion différente de la nutrition avant la course. La partie vélo est longue et les ascensions nécessitent une alimentation bien programmée.

 

– Le début de course a été très difficile pour toi, peux-tu nous raconter ?  – Lors de la course à pied, tu as réussi à trouver un second souffle, où as-tu puisé ces forces ? 

Mon début de course a été difficile, avec de très gros problèmes d’estomac après 2 km, j’ai dû me vider l’estomac plusieurs fois et j’ai commencé à me sentir faible. Après environ 17 km de course, mon estomac a recommencé à se sentir bien. J’ai bu beaucoup d’eau et de coca lors des ravitaillements cela m’a beaucoup aidé. L’ascension du Semnoz était très difficile du début à la fin. Et les sensations étaient incroyables après les mauvais problèmes que j’avais eu, je pense que c’était un petit miracle.

 

– Lorsque tu es arrivé en haut du Semnoz, quelles étaient tes sensations ?

C’était incroyable d’arriver au Semnoz, avec ces paysages et de côtoyer la nature, c’était comme si le Semnoz ne finissait jamais. En même temps, je ne me sentais pas faiblir, j’aurais pu continuer encore et encore. =) Les échanges avec les autres athlètes après la course étaient également un super moment. Tout le monde avait tout donné pour en arriver là.

 

L’AlpsMan offre des paysages sublimes, as-tu pu en profiter un peu ?

J’ai vraiment apprécié les paysages pendant la course et ça m’a donné de la force. C’est pareil à l’entraînement, vous vous sentez puissant lorsque vous êtes dans des endroits de rêve, la souffrance de la course vous transcende.

 

– Reviendras-tu en 2019 pour remettre ton titre en jeu ? 

Je reviendrai en 2019 et j’espère que ma forme sera au top toute la journée. Certains de mes amis finlandais arriveront également en 2019 et 2020.

 

 

 Credit photo : Activ Image